Directorate of Agricultural and Rural Development

PROGRAMME HYDRAULIQUE VILLAGEOISE AMELIOREE DE LA CEDEAO

Dans le cadre de son Programme Communautaire de Développement (PCD), la CEDEAO s’est engagée à améliorer l’accès à l’eau potable et la sécurité alimentaire des populations vulnérables en particulier celles du milieu rural. Pour atteindre cet objectif, la CEDEAO a initié un Programme Régional d’Hydraulique Villageoise Améliorée (PRHVA – CEDEAO) mis en œuvre par le Département Agriculture Environnement et Ressources en Eau (DAERE) à travers l’Agence Régionale pour l’Agriculture et l’Alimentation (ARAA) en étroite collaboration avec le Centre de Coordination des Ressources en Eau (CCRE) et le Centre Régional de la CEDEAO sur les Energies Renouvelables et l’Efficacité Energétique (ECREEE).

En vue d’opérationnaliser la mise en oeuvre du programme d’hydraulique villageoise, la CEDEAO a décidé d’accorder à ses Etats membres une subvention de 100 millions de $US pour leur permettre de réaliser, à termes, 5000 forages multi-usages équipés de pompes fonctionnant avec l’énergie solaire. Cette subvention sera accordée en 2 phases. La première prévue en 2014 portera sur une subvention totale de 50 millions de $US. Au cours de cette première phase, la priorité pour sera accordée aux pays en sortie de crise socio-politique. A travers ce choix, la CEDEAO souhaite contribuer à l’amélioration de la paix et la sécurité en apportant un appui aux populations vulnérables dont les moyens d’existences se sont détériorés en raison des conflits. La dégradation de la sécurité est à l’origine entre autres de la dégradation des infrastructures d’accès à l’eau et de déplacement d’un nombre important de populations vivant dans les zones affectées par les conflits.
Par ailleurs, le choix de l’utilisation de technologies solaires est un signal politique pour valoriser l’énorme potentiel des énergies renouvelables disponibles en Afrique de l’Ouest et respectueuses de l’environnement.

Objectifs et contenu du programme

Le Programme Régional d’Hydraulique Villageoise Améliorée (PRHVA – CEDEAO) vise deux objectifs majeurs :

  • D’une part, améliorer l’accès à l’eau potable, la santé et la nutrition des populations vulnérables. L’accès à l’eau potable et l’amélioration des revenus permettent la réduction de la prévalence des maladies d’origine hydrique et contribuent à maintenir le niveau de vie des populations concernées grâce à la réduction des dépenses de santé et la hausse de la productivité des actifs agricoles.
  • D’autre part, améliorer la production agro-pastorale et renforcer la sécurité alimentaire à travers la mise en place de parcelles de démonstration en l’irrigation goutte à goutte en vue de promouvoir la production agro-pastorale.

Orientations pour la mise en œuvre du programme

Mise en œuvre et suivi du programme

La mise en œuvre du programme sera assurée par une Agence d’exécution des travaux d’intérêts publics qui sera désignée par le pays bénéficiaire. Dans l’espace UEMOA, ces agences ont une longue expérience à valoriser en raison du programme hydraulique villageoise (PHV1) qui a réalisé plus de 3000 forages dans les 8 Etats membres. Les mêmes agences, en fonction de l’évolution du cadre institutionnel de chaque pays, pourraient être retenues afin de renforcer les synergies, les complémentarités et la cohérence des actions menées par les deux organisations d’intégration régionale. Ces agences sont notamment : NIGETIP (Niger) ; le FEER (Burkina Faso) ; l’AGETIER (Mali) ; l’AGETUR (Togo) ; l’AGETUR (Benin) ; l’AGETIP (Sénégal) et l’AGEOPPE (Guinée Bissau). Dans les autres pays de la CEDEAO, des agences d’exécution seront identifiées de commun accord avec les gouvernements pour assurer la Maîtrise d’Ouvrage Déléguée (MOD).

Au niveau de chaque pays, un comité de suivi dont la composition est décidée par chaque pays pourra être mis en place. Au niveau régional, le suivi des travaux du programme sera assuré par l’ARAA en collaboration avec les ministères en charge de l’hydraulique. Le choix des sites et la réalisation des activités relatives à l’animation du processus sont la responsabilité des Etats.

paquet technologique proposé

Le paquet technologique proposé par la CEDEAO inclut :

  • Des forages multi - usages équipés de pompes solaires pour valoriser le potentiel important des énergies renouvelables disponibles dans la région. Ce choix permet non seulement de promouvoir des technologies respectueuses de l’environnement mais aussi de réduire la pénibilité du travail des femmes.
  • Un périmètre agricole de démonstration d’un système d’irrigation goutte à goutte pour le maraîchage. Ce périmètre de démonstration vise à favoriser l’adoption de techniques de production plus performantes.
Critères et principes pour le choix des zones d’implantation des ouvrages

La mise en œuvre du programme sera réalisée conformément aux principes de transparence, appropriation, durabilité complémentarité avec les programmes d’hydraulique villageoise mis en œuvre par d’autres partenaires au développement nationaux, régionaux ou internationaux :

  • Transparence et concertation dans une démarche participative. Il est proposé à chaque pays d’organiser un atelier d’échange pour définir le processus de mise en œuvre du programme et le choix des sites d’implantation des forages ainsi que les autres infrastructures associées. Cet atelier serait l’occasion d’échanger sur la mise en place de comités de suivi et les mécanismes de gestion des ouvrages.
  • Appropriation : Chaque pays analysera l’intérêt et la possibilité de mettre en place un comité de gestion communale et communautaire pour garantir l’appropriation par les collectivités, les communautés locales et l’ensemble des bénéficiaires ;
  • Durabilité : proposer une contribution (redevance) réaliste des bénéficiaires pour assurer un accès et une utilisation optimale de l’eau ;
  • Complémentarité avec les autres projets et programmes visant l’accès à l’eau. Le choix des sites sera basé sur le principe de répartition équitable des ouvrages en privilégiant les zones dans lesquelles il n’y pas eu d’intervention en matière d’accès à l’eau ;
  • Une préférence sera accordée aux zones transfrontalières pour le choix des sites d’implantation des ouvrages en vue de renforcer les échanges d’expériences entre les zones riveraines de pays voisins et promouvoir l’intégration régionale.
Principales étapes de la mise en œuvre du programme

Les principales étapes de la mise en œuvre de ce programme sont les suivantes :

  • Une correspondance officielle du Président de la Commission de la CEDEAO au premier Ministre de chaque pays pour annoncer son intention d’octroyer une subvention pour la mise en œuvre du programme ;
  • L’échange et la signature d’un accord tripartite de subvention entre (i) CEDEAO ; (ii) le Ministère en charge des affaires de la CEDEAO) et (iii) Agence d’exécution de Travaux Publics identifiée par chaque pays ;
  • Identification des sites d’implantation et des études de faisabilité techniques et sociales par le ministère en charge de l’hydraulique en collaboration avec l’ARAA
  • Ouverture de compte spécifique par les agences d’exécution des travaux d’intérêt public et transfert des ressources conformément à l’accord de subvention
  • Mise en œuvre du programme selon le calendrier convenu entre le ministère en charge de l’hydraulique et les agences d’exécution des travaux d’intérêt public dans chaque pays
  • Inauguration périodique des ouvrages et réception des forages par les communautés bénéficiaires finaux. Des évaluations et rapports périodiques de la mise en œuvre de l’accord de subvention seront réalisés par le maître d’ouvrage délégué et transmis au maitre d’ouvrage.

Perspectives du programme d’hydraulique villageoise de la CEDEAO

La mise en œuvre de ce programme et l’importance de la subvention octroyée par la CEDEAO démontrent clairement son engagement à œuvrer aux côtés de ses États membres pour l’amélioration des conditions de vies des populations vulnérables. En proposant des pompes qui fonctionnent avec l’énergie solaire et en donnant la priorité aux pays post-conflit, la CEDEAO envoie plusieurs messages politiques qui méritent d’être soulignés :

1)Promouvoir l’utilisation des énergies respectueuse de l’environnement et valoriser le potentiel de l’énergie solaire dont dispose la région. En faisant ce choix technologique, la CEDEAO démontre que les énergies renouvelables prendront de plus en plus de l’importance dans la production de l’énergie en Afrique de l’Ouest. La mise en œuvre sera l’occasion de renforcer l’acquisition de connaissances nécessaires pour les technologies à base de l’énergie solaire.

2)Prendre en compte les questions de genre et promouvoir des technologies qui réduisent la pénibilité du travail des femmes. Les pompes à motricité humaines qui ont été largement utilisées dans le passé ont sans doute permis d’améliorer l’accès à l’eau portable. Mais l’heure est maintenant à l’utilisation des technologies qui permettent de réduire la pénibilité du travail des femmes. L’utilisation de l’énergie solaire leur fait gagner du temps et leur donne l’opportunité de s’occuper d’autres activités génératrices de revenus et d’améliorer leurs conditions de vie au quotidien.

3)Promouvoir des technologies intégrées qui favorisent l’amélioration de la production agro-pastorale. L’utilisation des pompes solaires et la mise en place de parcelles de démonstration en irrigation goutte à goutte permettra aux populations de voir qu’il est possible d’améliorer la production agricole à travers des techniques d’irrigation qui consomment peu d’eau. L’impact attendu est l’adoption de cette technologie par les populations rurales pour améliorer la production agro-pastorale et par voie de conséquences la sécurité alimentaire et nutritionnelle.

4)Enfin, en privilégiant l’implantation des ouvrages dans les zones transfrontalières, la CEDEAO joue pleinement son rôle de promotion de l’intégration régionale conformément à sa vision 2020 : « la CEDEAO des peuples »

mercredi 25 juin 2014